TONG Ming 佟明 Artiste plasticien

TONG Ming 佟明 <span>Artiste plasticien</span>

Possédant la culture chinoise ainsi qu’ayant fait des études dans ce domaine, cela me permet d’accompagner mes étudiants durant mes cours pour leur faire découvrir une partie des théories de la calligraphie chinoise.

TONG Ming 佟明 Artiste plasticien

Galerie Ming Tongest un Artiste plasticien installé à Lille.
Diplômé en sculpture environnementale de l’école des beaux arts en Chine. Vit et travaille en France depuis vingt ans. Il intervient en tant que professeur à l’Ecole Supérieur d’Art du Nord Pas de Calais.
Installé à Lille, ses peintures et sculptures sont exposées dans des galeries en France et à l’étranger. Il possède sa propre galerie au Vieux Lille.


tongming.fr

Portrait

1 Quel est votre premier souvenir de la France ? Le sol est couvert par du ciment et de la pelouse.
2 Une chose qu’il faut faire en France Visiter les galeries et les musées
3 Si vous deviez conseiller une ville à visiter absolument ce serait… Paris
4 Quel est l’endroit que vous ne connaissez pas encore mais que vous voudriez découvrir ? Des petites villes et des villages français
5 Quel est le plus beau monument de France ? Les châteaux
6 Quelle chose vous manque le plus quand vous êtes en France ? La gastronomie chinoise
7 Quel est le plat qui vous a le plus marqué en France ? Tête de veau
8 La boisson que vous préférez en France ? La bière
9 Pour vous, la plus grande différence entre les Chinois et les Français est… Les français et les chinois sont différents des uns aux autres
10 Et la plus grande affinité entre les Chinois et les Français est… Chez les êtres humains, il y a des femmes et des hommes
11 Ce qui vous a étonné le plus en France ? Je ne me rappelle plus
12 Un préjugé écarté après votre passage en France Je n’ai jamais eu de préjugé sur les Français
13 Le symbole de la France est… La confiance en soi
14 Si un mot devait définir la Chine ce serait… Beau paysage

Interview

Vous êtes un artiste chinois installé en France depuis longtemps. Comment définiriez-vous votre Art ? Votre source d’inspiration est-elle plus chinoise que française, un savant mélange des deux ? Et sentez-vous un changement dans votre pratique depuis que vous êtes en France ?
Quand je travaille, je ne pense pas à mon style artistique.
En tant qu’Artiste, l’environnement, l’ambiance de la vie quotidienne et l’art qui m’entoure font vibrer ma création. Le résultat de cette “vibration” n’est pas simplement un mélange de deux cultures ni de l’une qui efface l’autre mais ce sont des parallèles qui parfois se touchent.
Il m’arrive quelques fois de rechercher et de m’intéresser au croisement entre ces deux cultures existantes.
En regardant mes œuvres, j’ai remarqué un point intéressant. Tout ce que j’avais créé en Chine avait un style plutôt occidental : les méthodes de modélisation et l’application des matériaux. Cependant, une fois que je suis en France, éloigné de la Chine, la culture et les éléments chinois avec lesquels je suis familiarisé deviennent plus clairs qu’avant. Les œuvres ont plus une touche chinoise en apparence.

Vous êtes (entre autres) calligraphe et à ce titre vous enseignez l’Art du trait à l’E.S.A., l’Ecole Supérieur d’Art du Nord pas de Calais. En quoi, à l’heure de la virtualité et des nouvelles technologies très utilisées en matière artistique, le Trait reste un élément d’enseignement important ? Quelles vertus de cet Art chinois arrivez-vous à faire passer à vos élèves?
Je ne suis pas tout à fait calligraphe. J’ai commencé à apprendre la calligraphie depuis mon enfance grâce à l’apprentissage de la culture traditionnelle dans ma famille.

Je suis artiste plasticien. Les cours que je donne à l’E.S.A. font partie des cours de sémiologie visuelle, dont le Trait. Les cheminements de l’Art jusqu’à aujourd’hui, qu’il soit classique, moderne ou contemporain ont des éléments de base en commun : ce sont le point, le trait et la surface. Le Trait étudie la forme et la structure du trait ainsi que la relation avec des matériaux sur lesquels le trait imprime sa marque. De plus, la façon de contrôler et de former le trait fait aussi partie des études. Le Trait permet également de normaliser l’expression du sens. Ce sont les cours fondamentaux dans la création de l’Art actuel.
Possédant la culture chinoise ainsi qu’ayant fait des études dans ce domaine, cela me permet d’accompagner mes étudiants durant mes cours pour leur faire découvrir une partie des théories de la calligraphie chinoise. Même si cela se limite à des connaissances sur les matériaux et certaines techniques.

Pour les étudiants de l’E.S.A., les cours sur le Trait font partie des cours d’apprentissage. En ajoutant ce contenu dans les cours, les étudiants ont parfois des surprises. Ils ont parfois pu simplifier leurs méthodes et ont pu constater les bienfaits de la tradition.

Ming Tong dans sa galerie à Lille

Ming Tong dans sa galerie à Lille

Est-il vrai que vous organisez la venue en France d’étudiants chinois en Arts plastiques ? L’E.S.A., où vous enseignez, a un partenariat avec la Tianjin Academy of Fine Arts. Quels atouts possèdent les jeunes chinois(es) qui viennent en France dans ce cadre et quel enrichissement apportent-ils à leurs homologues à l’E.S.A. ?
Non, je n’ai jamais organisé la venue en France d’étudiants chinois pour venir étudier l’Art. Je n’en ai pas les capacités ni le temps.

Pendant 10 ans, en effet, l’E.S.A. a eu un partenariat avec la Tianjin Academy of Fine Arts. J’ai participé à ce projet, je l’ai soutenu, et j’y ai mis tous mes efforts pour que cela se déroule le mieux possible. Nous avons même sorti une publication des articles écrits par les étudiants et les professeurs participants.

Les étudiants savent bien mieux que moi ce qu’ils ont apporté et échangé avec leurs homologues français…
D’un point de vue extérieur, je trouve que la culture de ces deux pays ainsi que le système pédagogique de ces deux écoles sont très différents.
On a deux cas de figure concernant ce que vivent les étudiants. Soit ils ont trouvé des points en commun et dans ce cas ils se sont épanouis, soit ils se sont focalisés sur les différences et n’ont pas su passer au dessus auquel cas ils ont mal vécu leur scolarité. Certains ont même stoppé leurs études ou se sont détournés des études artistiques. On a toutes les possibilités, et honnêtement je trouve que toutes ces réactions sont normales.

Partage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>