Patricia TARTOUR PDG et fondatrice de La Maison de la Chine

Patricia TARTOUR <span>PDG et fondatrice de La Maison de la Chine</span>

Voilà près de quatre décennies que je côtoie la Chine et les Chinois, ce qu’ils m’ont donné à voir est tout simplement prodigieux.

Patricia TARTOUR PDG et fondatrice de La Maison de la Chine

Patricia TARTOURest PDG et fondatrice de la Maison de la Chine à Paris. Elle a voyagé en Chine hors des sentiers battus dès 1975 avant d’y monter des circuits culturels bien ficelés pour ses clients. En 2007 elle reçoit le Prix Veuve Clicquot qui récompense chaque année, dans 27 pays, des femmes du monde des affaires. Elle fut la première responsable d’agence de voyage à avoir signé, avec l’UNESCO un accord sur le tourisme responsable.
Son agence, à 2 pas de St Germain des Près, vous ouvre une première porte en Chine. On n’y vend pas que du voyage. On s’y retrouve pour des conférences animées par des sinologues avertis ou simplement pour y déguster un thé délicat.


@MaisonsDuVoyage maisondelachine.fr

Portrait

1 Quel est votre premier souvenir de la Chine ? La frontière entre HK et la RPC à Lowu
2 Une chose qu’il faut faire en Chine Promenade très matinale
3 Si vous deviez conseiller une ville à visiter absolument ce serait… Pékin bien sûr
4 Quel est l’endroit que vous ne connaissez pas encore mais que vous voudriez découvrir ? Les grandes réserves d’oiseaux du Qinghai
5 Quel est le plus beau monument de Chine ? La Cité Interdite
6 Quelle chose vous manque le plus quand vous êtes en Chine ? Rien parce que la France n’est jamais loin
7 Quel est le plat qui vous a le plus marqué en Chine ? Plat préféré : dofu crabe – plus étonnant : friture de scorpions
8 La boisson que vous préférez en Chine ? Thé oolong en hiver, jus de pastèque en été
9 Pour vous, la plus grande différence entre les Chinois et les Français est… Le rapport à l’argent
10 Et la plus grande affinité entre les Chinois et les Français est… La mode
11 Ce qui vous a étonné le plus en Chine ? Nous n’avons pas le même sens du ridicule
12 Un préjugé écarté après votre passage en Chine La soumission du peuple chinois
13 Le symbole de la Chine est… Un carré rouge
14 Si un mot devait définir la Chine ce serait… Étoile


Interview

Votre relation avec la Chine a commencé bien avant la création de la Maison de la Chine. Comment la Chine est-elle entrée dans votre vie ?
Avant de m’y rendre en 1975, j’ai “tourné” autour de la Chine à travers un petit travail réalisé dans le cadre de mes études de géographie (1972-1974): les Chinois de la diaspora, communautés rencontrées en Thaïlande et en Indonésie en particulier. Et en 1975 j’ai eu la chance d’accompagner un groupe de touristes français. Un des tous premiers groupes de touristes à la fin de la Révolution Culturelle. On nous appelait alors “les amis étrangers”. Reçus comme une délégation officielle, nous visitions essentiellement des communes populaires et des usines de tracteurs. Le voyage durait un mois et avait pour but de mettre en valeur les réalisations de la RPC. Le voyage était intéressant, bouleversant, sur le plan humain, le tourisme n’occupait alors qu’une toute petite part de cette aventure.

Et qu’est ce qui fait que cette passion perdure aujourd’hui ?
L’histoire de la Chine, immense. On n’en cerne pas les limites. Voilà près de quatre décennies que je côtoie la Chine et les Chinois, ce qu’ils m’ont donné à voir est tout simplement prodigieux. Le Général de Gaulle ne disait- il pas “cet Etat plus vieux que l’Histoire” ?

Vous accompagnez des voyages en Chine depuis 39 ans, une relation qui dure depuis presque aussi longtemps que les relations diplomatiques que nous fêtons. Quelles changements les plus frappants avez-vous remarqué ?
Le bruit. En 1975 la Chine était silencieuse. Personne n’osait parler, il n’y avait pratiquement pas de voitures dans les rues, les vélos roulaient sans bruit. seuls les hauts-parleurs se manifestaient de temps en temps pour cracher des slogans révolutionnaires dans les trains, les lieux publics.

Quels endroits appréciez-vous personnellement quand vous vous rendez en Chine ?
J’ai toujours eu un faible pour Pékin et je l’aime encore aujourd’hui même si ce n’est plus la ville horizontale décrite par Victor Segalen que j’ai connue dans les années 70. La lumière de Pékin est unique surtout en hiver. À Pékin je suis immanquablement attirée par les abords de la Cité Impériale. La présence, nouvelle, de l’Opéra construit par Paul Andreu n’a rien enlevé à ce charme mystérieux. Au contraire, j’ai le sentiment que dans ce périmètre de la Cité Impériale, on attendait que vienne se poser cette œuvre qui semble venue d’une autre planète dont la force et les dimensions sont à la hauteur de l’enjeu.

Patricia Tartour remporte le Prix Veuve CLIQUOT de la Femme d’affaires en 2007

Patricia Tartour remporte le Prix Veuve CLIQUOT de la Femme d’affaires en 2007

Quelle est la particularité de la Chine par rapport aux autres pays que vous conseillez dans vos agences ?
La Chine est un monde en soi. Le voyage doit être abordé comme un échange. Le touriste “prend” mais il reçoit aussi. En Chine le touriste qui sait voir et entendre peut recevoir beaucoup.

Qu’est-ce que fait que la Chine attire ?
Indiscutablement, c’est la civilisation classique, la Chine éternelle, celle des villages et des paysages où le temps paraît suspendu. Cela explique le succès des voyages au Yunnan ou au Huizhou où cette Chine immuable est encore visible. Peu de touristes imaginent que la modernisation en Chine a créé de nouveaux centres d’intérêt. Je pense à certains ensembles architecturaux à Shanghai, à Pékin, aux “art districts” de 798 ou Caochangdi, à des quartiers très vivants comme le Village où se sont installés de hauts lieux de la gastronomie pékinoise. Le cadre a radicalement changé mais on a gagné en hygiène et la nourriture est excellente. Il faut accepter une part de renouvellement et que s’exprime de nouveaux concepts surtout quand ils puisent leur inspirations dans la culture traditionnelle.
À La Maison de la Chine, nous nous efforçons chaque jour de faire passer ces messages.

Le tourisme en Chine a explosé ces dernières années, d’un côté grâce à l’ouverture du pays et à l’amélioration des infrastructures et de l’autre côte parce que les chinois eux-mêmes se sont mis à visiter leur propre pays. Que pensez-vous des structures touristiques chinoises, trouvez-vous qu’il y en a assez ?
Nous avons assisté à un bon qualitatif. Aéroports rutilants, gares ultra-modernes, trains rapides, hôtels de charme. Le rapport qualité-prix est excellent. Les prix ont un peu augmenté mais cela est dû autant à l’appréciation de la monnaie chinoise par rapport à l’Euro qu’à l’inflation.
La capacité hôtelière est suffisante, il n’y a aucun problème de réservation pour les transports, à l’exception des deux semaines “golden week” 1er octobre et 1er mai qui sont vivement déconseillées si on veut éviter les hordes de touristes chinois qui sont les premiers visiteurs dans ce pays.

En plus de la création de voyage vous êtes engagée dans des valeurs humaines et environnementales. Quelles sont les actions concrètes que vous avez mises en place en Chine ?
Dans notre domaine, nous avons fait beaucoup de formation et transmis des normes, des valeurs et des bonnes pratiques. Cela va de la formation de guides parlant le Français au respect du client et du programme, les pièges à éviter comme l’obligation d’achat dans les magasins.
Nous avons été la première organisation de voyages à signer un accord cadre avec le bureau du patrimoine mondial de l’UNESCO et soutenu différentes actions.
Nous avons contribué à faire connaître aux Français des artistes qui n’étaient pas reconnus officiellement en Chine. Dès 1985, Le sculpteur Wang Ke Ping , le graveur Ma DeSheng, le plasticien Huang Rui, accueillit la première conférence de presse à Paris du musicien Cui Jian.
Nous avons participé à la restauration d’un monument historique “the Temple” à Pékin. Nous avons également soutenu “couleurs de Chine” le projet magnifique mené par notre ancienne collaboratrice Françoise Grenot-Wang qui a permis de scolariser des centaines de petites files en pays Miao.
Permis de récolter des fonds pour L’association “les enfants de Madaifu” en faveur des petits Chinois des zones rurales du Gansu.

Pensez vous qu’on peut avoir un tourisme dit “responsable” qui respecte les valeurs du pays, la culture, l’environnement et la population locale ?
Il n’est jamais trop tard encore faut-il une volonté politique de la part de la région concernée. Nous avons travaillé main dans la main avec la région du Huizhou dans l’Anhui et développé le concept du “lubéron chinois” . Un bel exemple de coopération entre la France et la Chine, les gîtes ruraux, la Maison de la Chine et Atout France dans le but de développer un tourisme respectueux du patrimoine et des populations locales qui en restant et en travaillant sur place profitent des retombées du tourisme. Ces exemples sont malheureusement trop peu nombreux mais encore possibles dans le Fujian, au Shaanxi ou dans le Yunnan.

L’ouverture de nouvelles routes touristiques peut-elle nuire à l’équilibre de certaines communautés ? Quelle-est selon vous la marche à suivre pour préserver ces populations ?
Le bon tourisme crée du lien et doit être source de richesse. c’est un patrimoine précieux dont les retombées économiques sont aujourd’hui attestées. Respect du patrimoine bâti et de la culture immatérielle sont les fondamentaux du tourisme durable.
Les acteurs du tourisme peuvent uniquement agir à la marge. Seuls les politiques qui ont le pouvoir doivent avoir une vraie vision d’avenir et tirer les leçons du passé. Certaines erreurs sont aujourd’hui irréparables. Je pense à des villes historiques comme Suzhou qui ont été définitivement transformées même si aujourd’hui elles tentent de reconstruire des quartiers à l’identique, les touristes d’aujourd’hui et de demain ne connaîtront jamais celle qui était considérée comme le paradis sur terre.

Dans vos projets futurs vous comptez faire découvrir la France aux Chinois qui commencent aussi à faire du tourisme à l’étranger. A quand la Maison de la France en Chine ? Quel site français voudriez-vous mettre en avant pour nos amis chinois et qui leur serait moins connu ?
Nous avons déjà un site www.fazhongzhijia.com
Il s’enrichit chaque jour de nouvelles propositions et dans le même temps nous répondons aux demandes de voyages sur mesure qui privilégient la culture et la rencontre avec les Français. Ce site rencontre déjà un certain succès. Nous organisons également des voyages pour des groupes scolaires, des hommes d’affaires. Nous sommes heureux d’aborder une nouvelle ère dans les échanges avec la Chine. Les touristes chinois seront 400 millions à voyager à travers le monde. la France doit se préparer à capter ces nouveaux touristes d’autant plus que l’accès aux visas a été grandement facilité dernièrement sous la houlette de notre Ministre Laurent Fabius.

Partage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>