FAN Dongxing 范东兴 Expert et importateur de vin

FAN Dongxing 范东兴 <span>Expert et importateur de vin</span>

L’intérêt pour le vin est de plus en plus croissant pour le consommateur chinois. C’est valable tant pour le vin que pour les autres produits français.

FAN Dongxing 范东兴 Expert et importateur de vin

est importateur de vin français en Chine. Passionné de culture française, il a fait ses études à Aix en Provence. Après avoir obtenu son doctorat à la Sorbonne à Paris (ayant pour sujet la place et la signification du vin dans la poésie française et chinoise), il a fondé en 2006 l’entreprise « Junru Wine » qui promeut le développement du vin en Chine. Les vins importés viennent de toutes les régions de France. Le vin de Bourgogne, le Champagne, le Château Tariquet, l’armagnac et le cognac font ainsi partie d’une longue liste de vins et spiritueux mis en avant par Fan Dongxing.


www.winejunru.com weibo

Portrait

1 Quel est votre premier souvenir de la France ? Les français ne parlent pas à la française
2 Une chose qu’il faut faire en France Visiter le musée du Louvre
3 Si vous deviez conseiller une ville à visiter absolument ce serait… Paris
4 Quel est l’endroit que vous ne connaissez pas encore mais que vous voudriez découvrir ? La Vallée de la Loire
5 Quel est le plus beau monument de France ? La Cathédrale Notre Dame de Paris
6 Quelle chose vous manque le plus quand vous êtes en France ? La famille
7 Quel est le plat qui vous a le plus marqué en France ? Le steak tartare
8 La boisson que vous préférez en France ? Le vin
9 Pour vous, la plus grande difference entre les Chinois et les Français est… Les français travaillent de manière rationnelle, tandis que les chinois se basent plutôt sur les émotions et le passé
10 Et la plus grande affinité entre les Chinois et les Français est… Les 2 pays font attention à la politesse. Ils n’aiment pas perdre la face
11 Ce qui vous a étonné le plus en France ? La patience avec laquelle le personnel de service m’a répondue
12 Un préjugé écarté après votre passage en France Je n’ai pas de préjugé
13 Le symbole de la France est… Tolérant et humaniste
14 Si un mot devait définir la France ce serait… La Liberté

Interview

Après avoir appris la langue française en Chine, vous décidez d’aller vivre à Aix en Provence et Paris pour y faire des études. Qu’est ce qui a fait que vous tombiez amoureux de la France et sa culture ?
Il faut tout d’abord rappeler que le Baccalauréat a été interrompu pendant la Révolution Culturelle et rétabli en 1977 à la fin de ce mouvement politique.
A cette période j’étais ouvrier dans l’industrie sidérurgique, j’ai passé le baccalauréat en 1978 ce qui m’a permis d’accéder à une formation supérieure.
Ma spécialité était l’anglais et j’avais choisi le français en deuxième langue étrangère car j’aimais beaucoup la littérature française.
Après mes études universitaires, j’ai passé un an à L’Université du Tibet à Lhassa comme maître de conférence en anglais. Ensuite j’ai réussi le concours pour faire un Master en littérature comparée à l’Université de Nanjing.
J’avais comme Directeur de recherche le Professeur ZHAO Ruihong qui a traduit en 1942 en chinois le roman “Le Rouge et le Noir”. Ces trois années d’études et de recherches universitaires ont renforcé mes connaissances de la France et sa Culture.
C’est donc sans hésitation sachant qu’il y avait trois places pour une formation professionnelle à l’étranger ( pour l’Angleterre, la Russie et la France), assignées par le Ministère de l’Education de Chine, que je suis allé en France.

La Culture du vin a particulièrement marqué votre thèse, intitulée “Dionysos et le Tao. Le vin dans la poésie française et chinoise” en est la preuve.
Quelles différences avez vous trouvé dans la façon dont le vin est perçu par les deux cultures?

Le vin est un élément spirituel et symbolique.
Dans la culture française, le vin est synonyme, d’espérance et de joie de vivre pour les vignerons. On le retrouve dans les beaux-arts, dans la poésie, la religion, etc. Mais c’est aussi un symbole de destruction, de rébellion, de tourbillon de douleurs et de troubles.
En bref, c’est l’esprit païen, que j’ appelle l’esprit dionysiaque, qui existe depuis l’Antiquité. Cet esprit dionysiaque se trouve toujours en conflit avec l’esprit chrétien traditionnel et l’ordre social.

Dans la culture chinoise, la particule jiu (Alcool) n’a un sens sémantique concret qu’ à condition de la lier avec l’élément qui le produit.
Le vin issu de raisin (Putao jiu) n’est jamais produit en grande quantité, sauf dans certaines régions du Nord-Ouest à l’époque des Han et à l’époque contemporaine dans les années 80.
Dans l’histoire de la Chine, le jiu a toujours joué un rôle dans la reconnaissance des différents hiérarchies sociales et familiale. Par exemple, les jeunes générations doivent toujours marquer leur respect quand ils porte un toast à quelqu’un d’une génération supérieure. Ceci est toujours l’actualité surtout dans un dîner important.
Par contre, en politique, la coupe de la tendresse et de l’élégance qu’on partage autour de la table ne saurait cacher l’épée de Damoclès tapie dans l’ombre…
Pour un lettré confucianiste, le jiu est généralement actif et progressif. Pour un lettré taosite, le jiu peut servir à chevaucher l’ivresse pour se libérer dans la nature.
Pour un bouddhiste, les dogmes interdisent le jiu. Il n’est pourtant pas intolérable, d’après certains poètes, si celui-ci peut aider à atteindre l’état de contemplation.

Peut-on dire que la France et la Chine sont deux patries du Vin ?
Le vin est le produit du raisin, le raisin vient de la vigne, l’origine des vignes, elle, demeure encore un vaste sujet pour les historiens.
La France a commencé à planter des vignes depuis l’époque romaine de César, elle a réussi, avec le temps, à acquérir une grande renommée vinicole depuis des siècles.
La Chine a démarré ses première plantations de vigne à l’époque des Hans par l’Empreur Hanwu (156-87 avt J.C.), elle n’a pourtant jamais réussi à développer de grandes régions viticoles jusqu’à la fin du dernier siècle. Mais depuis trente ans, la Chine a fait des progrès considérables en vinification, elle rattrape un grand retard par rapport à des pays tels que la France, l’Italie, etc.

En 2006 vous avez crée une société d’importation de vin et spiritueux français en Chine. En plus de l’importation de vins vous organisez des voyages de découverte des vignerons en France pour les amateurs de vins chinois.
Sentez-vous un intérêt croissant du consommateur chinois pour les produits d’origine française, en particulier pour le vin ?

Naturellement. L’intérêt pour le vin est de plus en plus croissant pour le consommateur chinois. C’est valable tant pour le vin que pour les autres produits français.

Les produits français, comme le vin, sont-ils toujours perçus comme des produits de luxe?
Relativement. Les marques connues sont toujours considérées comme des produits de luxe. Les produits français, célèbres ou plus communs, sont consommés par beaucoup de Chinois dans leur vie quotidienne, surtout dans les grandes villes.

Quelles sont les caractéristiques des vins les plus prisés par les Chinois ?
“Les organes du goût sont les mêmes pour tout le monde”, comme disait Mencius.
Ce qui attire les chinois c’est aussi ce qui attire les français, ce sont une belle couleur, un arôme agréable, ample mais souple en bouche, avec une longue terminaison. Pour les amateurs, l’étiquette et l’emballage de la bouteille sont aussi importants que le vin lui-même.

Y a-t-il encore marge de croissance pour les vins français en Chine ?
D’après moi oui, et à long terme, car cette période de croissance vient de commencer. N’oubliez pas que la Chine a une population d’un milliard trois cent millions de personnes, et, aujourd’hui, il n’y en n’a même pas cinq pour cent qui peuvent avoir l’occasion de boire du vin français…

Verra t-on bientôt des vins chinois sur les tables françaises ?
Aujourd’hui s’il y en a c’est plus symbolique qu’autre chose. Ce ne sera possible que si les vignobles sont gérés directement par des producteurs du vin ambitieux. Actuellement, ce n’est pas le cas.

Quel vin chinois pouvez-vous nous conseiller?
Si vous réussissez à sentir le terroir d’un vin en le buvant c’est que la vinification est réussie.
De ce point de vue, je peux vous conseiller un vin rouge, un cépage de pinot noir, le château Mogao. On trouve ses vignobles sur la Route de Soie dans la province du Gansu.

Partage

1 comment

  1. Shaojun Xiong

    Dear Dongxing,
    Hope this mail finds you well. We hope you and your families are living and doing well in France and/or anywhere in the world.
    We have been searching you, especially in recent days, and are very happy to have found your information with this web!
    Your old friends,
    Bo Xu and Shaojun Xiong
    From Sweden

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>