Chu Yi-Bing 朱亦兵 Violoncelliste

Chu Yi-Bing 朱亦兵 <span>Violoncelliste</span>

J’ai interprété les œuvres de Debussy, Fauré, Françaix, Ibert souvent sous la forme de concerts thématiques en Chine continentale, Hong Kong et Taiwan.

Chu Yi-Bing 朱亦兵 Violoncelliste

Boulangerie Bonjourest un violoncelliste chinois Premier Prix au Conservatoire National Supérieur de Musique à Paris en 1987. Il a contribué à la diffusion de la musique occidentale dans toute la Chine. Son groupe, le Chu Yi-Bing Cello Ensemble, constitués de 12 violoncellistes chinois, donnent des concerts dans tout le pays.
Ses parents lui ont dans un premier temps enseigné la musique. Puis en 1983, il s’installe en France pour finir ses études. Il fut l’élève du grand violoncelliste français Maurice  Gendron. Après 21 ans de vie comme musicien professionnel en Europe, il repart en Chine et y fonde le Chu Yi-Bing Cello Ensemble.


Chu Yibing chuyibing.com (en chinois)

Portrait

1 Quel est votre premier souvenir de la France ? La croissanterie !
2 Une chose qu’il faut faire en France S’asseoir dans un café pendant tout l’après-midi
3 Si vous deviez conseiller une ville à visiter absolument ce serait… Paris
4 Quel est l’endroit que vous ne connaissez pas encore mais que vous voudriez découvrir ? Arles
5 Quel est le plus beau monument de France ? La Cathédrale Notre Dame de Paris
6 Quelle chose vous manque le plus quand vous êtes en France ? Les ravioli chinois
7 Quel est le plat qui vous a le plus marqué en France ? Le croque-monsieur
8 La boisson que vous préférez en France ? Le cidre
9 Pour vous, la plus grande différence entre les Chinois et les Français est… Romantique vs non romantique
10 Et la plus grande affinité entre les Chinois et les Français est… Bavard
11 Ce qui vous a étonné le plus en France ? Je n’ai pas eu d’étonnement
12 Un préjugé écarté après votre passage en France Je ne savais pas où était la France avant d’y aller
13 Le symbole de la France est… Le champagne
14 Si un mot devait définir la France ce serait… Magnifique

Interview

Après avoir passé 21 ans en Europe, dont quelques années en France, pourquoi avez-vous décidé de venir étudier la musique en Europe ? Est-ce en raison de vos origines suisses ? Quel est le sentiment gardez-vous de ces années vécues en France ? Pourquoi avez-vous finalement décidé de rentrer en Chine ? Parmi les personnes françaises que vous avez rencontrées, lesquelles vous ont le plus aidé dans votre carrière de musicien ?
Le fait que je sois allé en Europe était un hasard et avoir étudié à Paris était même inattendu. Il n’y a aucun rapport avec mes origines suisses. A l’âge d’onze ans, le grand maître français Pierre FOUNIER m’a invité par écrit à faire des études en Europe. Cependant, mon père m’a élevé dans la culture chinoise et m’a enseigné la musique occidentale par la suite. Je suis arrivé, par conséquent, à l’âge de dix-sept ans à Paris pour poursuivre mes études. J’aime ce pays, la France, sa langue, sa musique, sa gastronomie et aussi d’autres choses autour de ce pays. Mon professeur Maurice GENDRON m’a apprit que jouer du violoncelle et être musicien n’était pas la même chose, ce qui était important pour guider un musicien était de se développer dans la vie. La raison pour laquelle je suis retourné en Chine après avoir passé vingt-et-un an en Europe est que j’aimerais contribuer à l’éducation musicale en Chine.

Chu Yi-Bing Cello Ensemble jouent pour le président des États-Unis Barack Obama

Chu Yi-Bing Cello Ensemble jouent pour le président des États-Unis Barack Obama

Vous avez fondé le Chu Yi-Bing Cello Ensemble, un groupe de musiciens que vous dirigez, qui parcourt la Chine et le monde afin de partager cette passion pour la musique. Votre groupe a même joué devant le précédent président Hu Jingtao et Barack Obama. Quelle est l’origine et le but de ce groupe ? Pensez-vous faire une tournée en Europe, dont la France ? Y a-t-il d’autres musiciens de la Chu Yi-Bing Cello Ensemble ayant aussi étudié en France ?
Fonder la Chu Yi-Bing Cello Ensemble, résulte de l’absence de musique de chambre et de son enseignement. A l’égard des Chinois, le concept de musique occidentale ne contient que deux aspects : les grands orchestres et les solistes. Ces dix dernières années, nos petites équipes représentaient publiquement près de trois cents concerts, qui sont totalement indépendants et sans aucun soutien institutionnel. Nous avons diffusé la musique dans des écoles, des usines, des hôpitaux et de nombreux types d’institutions sociales. Bref, nous l’avons propagée aux endroits qui étaient loin de la musique. Même s’il n’y a pas d’autres musiciens de la Chu Yi-Bing Cello Ensemble, à part moi, ayant étudié en France, nous sommes tous impatients d’interpréter en Europe, notamment en France !

QQuels sont les compositeurs français qui vous inspirent le plus ? Avez-vous des compositions françaises dans votre répertoire ? Gardez-vous des relations avec d’autres violoncellistes et musiciens français ? Envisagez-vous de nouvelles collaborations avec d’autres musiciens français ? Quels sont vos projets futurs ?
Il existe de nombreuses œuvres inspirées dans le monde de la musique française : Debussy, Fauré, Françaix, Ibert, et de nombreux compositeurs. J’ai interprété ces œuvres sous la forme de concerts thématiques en Chine continentale, Hong Kong et Taiwan. Le prochain concert nommé “La Nuit en France” aura lieu au Centre national des arts du spectacle à Pékin. Je reste bien sûr en contact avec mes amis français et j’espère avoir plus d’occasions de coopérer avec eux sous la forme de solo, musique de chambre ou chef d’orchestre afin de bien propager la beauté de la musique française. Notre équipe n’a pas de projets concrets futurs pour l’instant, mais nous persévérerons dans ce que nous faisons.

QLes Chinois ont l’air particulièrement réceptifs à la musique classique européenne, mais l’inverse n’est pas vérifié. Êtes-vous d’accord avec ça ? Si oui, pouvez-vous nous expliquer à quoi cela est dû ?
C’est une question très obscure et difficile à répondre. Quand même, pour le définir : après des milliers d’années d’évolution de la musique classique chinoise, son image musicale contemporaine, qui est plutôt simple et pure, est formée. Justement comme la peinture traditionnelle chinoise qui ignore l’application de l’ombre, la musique traditionnelle chinoise n’utilise pas d’autre harmonie que la mélodie dans ses œuvres. A l’écoute de la musique occidentale, les Chinois sont venus se rendre compte de son effet stéréophonique. Mais à part l’abondance de la musique et qu’elle est bouleversante, ils n’y comprennent rien. A cause du manque d’harmonie, les Occidentaux se sentent « pas drôle » à propos de la musique traditionnelle chinoise. Comme le grand peintre Picasso a dit: «J’ai mis toute ma vie à savoir dessiner comme un enfant». Comprenez-vous ce que je veux dire ?

Partage

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>